La semaine à huit jours chez les Agni

0

Il faut d’abord préciser qu’il existe sept (7) noms usuels pour désigner les jours de la semaine chez les Agni en particulier et chez les Akan en général. La vie ayant débuté dans la vallée des Grands Lacs, nulle doute que ce j’explique ici n’est pas singulier au seul peuple Agni. Mais c’est le peuple auquel j’appartiens et qui a donc imprimé à mon approche du monde ses propres repères. Je veux donc expliquer ma “connaissance” des valeurs de mon monde particulier (Agni) afin de connaître celui des autres à travers les discussions que je souhaiterais voir subvenir à la suite de la publication de la présente réflexion.

Pour être plus pragmatique, je vous présente en document annexe le tableau des jours chez les Agni ainsi que leurs correspondances en Abron, Baoulé, français et anglais.

 

Le calendrier Akan à 7 jours

La semaine de 7 jours correspond aux aux noms des 7 Astres ou divinités qui selon les Agni existent dans leur univers cosmogonique et qui règnent pendant ces jours.

La question est dès lors, comment faire admettre que sept (7) noms de jours puissent donner une semaine à huit (8) jours?

Eh bien c’est simple. Les Agni ont deux explications à cela. Toutes les deux ont une approche mathématique et astronomique liée au concept de la définition du temps.

L’approche mathématique

Les Agni (et très singulièrement les Abron, Nzima, Baoulé, etc…) nomment la semaine de sept jours “èlèmotwê” ou èlèmotchuê”, ce qui signifie littéralement huit jours. L’emploi de ce terme indique que le chiffre zero est utilisé dans le système de numération chez les Agni. En d’autres termes, on peut dire que le premier jour ne compte pas dans le dénombrement des jours de la semaine.

Ainsi donc si le dimanche, un Agni vous dit “mlon ka bô ô balô, ti yi èlèmotchuè kun”, cela veut tout simplement dire dans une semaine, à partir de demain lundi.

Pour comprendre le symbolism du système de numération de la semaine à huit jours, il faut compendre le sytème d’évaluation du temps chez les Agni (mais plus généralement chez les Akan). En effet chez les Agni le temps se rapporte à un phénomène continu, on ne peut le mesurer que sur un intervalle. De ce point de vue les sept (7) jours de la semaine désignent des espaces de temps que ces jours là couvrent. Ainsi donc on ne peu parler de lundi que parce que l’on commence à compter à partir de la journée du dimanche. Similairement on ne peut parler de samedi que parce qu’on sait que le temps que couvre samdi va jusqu’au dimanche.

Il suit donc que la semaine chez les Agni est composé de huit jours (Dimanche à dimanche) en valeur temps. Mais en terme absolu, on ne compte que sept (7) jours, le dimanche étant compté qu’une seule fois dans l’intervalle concerné.

L’approche astronomique

Le temps chez les Agni tel qu’expliqué plus haut induit également à un phénomène cyclique qui suppose que toute chose commence à un endroit et fini généralement au même endroit. C’est cette conception du temps qui a précédé à la conception du calendrier lunaire par nos ancêtres. Ceci est tellement vrai que dans la cosmogonie Agni, la vie est considéré comme un cycle continu et sans fin qui s’articule autour de la mort et et de la renaissance solaire. Cette conception est formellement basée sur des connaissances astronomiques très avancées. Les Agni ont en effet des connaissances astronomiques basées sur leurs observations du ciel qui datent de très longtemps.

Le sens des chiffres 3, 4, 7 et 12 chez les Agni

Pour la petite histoire, sachez que dans les temps anciens, les Agni comptaient par tranche de douze.  Ils le faisaient sur les phalanges de leurs doigts à l’aide du pouce. Essayez vous même et vous rendrez compte que vous obtenez le chiffre 12. Mathématiquement, c’était plus commode et plus facile pour faire des calculs (division, multiplication, etc.) car le chiffre douze est divisible par 3, 4, 6 et 12. Il faut également noter que dans le système à base douze, les nombres tels que 12, 60 et 360 sont des «chiffres ronds».

Voici comment compter par tranche de 12.

Voici comment compter par tranche de 12.

Les chiffres 3 et 4 (diviseurs parfaits du chiffre 12) ont une importance particulière dans l’univers cosmogonique Agni. En effet le chiffre 3 est considéré comme le chiffre de l’homme, tandis que le chiffre 4 est admis comme étant le chiffre de la femme. Mis ensemble, ces deux chiffres donnent le chiffre 7 qui est le chiffre du renouvellement des cycles. Vous remarquerez qu’en multipliant 3 ou 4 par 7 ont obtient toujours le cycle normal de menstruation de la femme. On sait aussi que l’accouplement entre la femme (4) et de l’homme (3) conduit au renouvellement de l’humanité par la naissance d’un nouvel être. On comprend dès lors pourquoi les Agni n’admettent pas le phénomène de l’homosexualité.

L’importance du chiffre 7 apparît également dans les rituels de passage d’une étape à une autre. Chez les Agni, la première étape initiatique de passage de ”enfant-bébé” à l’enfant se fait à l’âge de 7 ans. La deuxième étape de passage de l’enfance à l’adolescence a lieu généralement à 14 ans, c’est à dire 7 ans après la première. Les anciens vous informerons également que si vous faites honnêtement un bilan de votre vie, vous vous rendrez compte que les grands changements (“bons” ou “mauvais”) qui ont eu lieu dans votre vie se sont déroulés à une cadence de 7 ans.

Les Agni considèrent les chiffres 3 et 4 comme des chiffres de l’harmonie. Ainsi, lorsqu’une femme donne naissance à tois enfants successifs du même sexe, le trosième de cette série d’enfant s’appelle “N’Guessan” (ou “N’San chez les Baoulé). Si le quatrième enfant est du même sexe que l’enfant “N’Guessan”, on le nomme “N’Dri”. On attribute à ses deux enfants (N’Guessan et N’Dri) des pouvoirs mystiques importants et des cérémonies spéciales sont faites pour consacrer ces pouvoirs. Le système du “èfèwa” selon lequel les deux premiers enfants d’une mère qui meurent ne bénéficient de funérailles d’ampleur, (on ne les pleure pas non plus) découle également de l’importance accordée au chiffre 3 dans la numération chez les Agni.

La semaine selon la position astronomique

Sur la base de leurs observations astronomiques, les Agni ont découvert qu’il s’écoule approximativement 360 jours avant que le cycle des saisons et celui des constellations ne se reproduisent. Ils ont également observe que ce processus cycle est rythmé par le cycle de l’apparition de la lune appelée SRAH. Les Agni ont noté qu’il s’écoule approximativement 30 jours entre de deux lunes. Ils ont par consequent et logiquement conclu qu’il s’écoule au total 12 lunes avant que le cycle des saisons et celui des constellations ne se reproduisent. Vous remarquerez que les chiffres 12 et 30 sont eux même des diviseurs parfaits de 360.

L’année cyclique chez les Agni est donc assimilé à un cercle de 360° correspondant au 360 jours de l’année.

Divisé en quatre paties, le cercle représente les quatre les quatres saisons mentionnées plus haut. Chacune des parties en question a un angle de 90°.

Il faut toutefois remarquer que chez les Agni il y a 3 grandes saisons basée sur les récoltes en relation avec l’EAU qui est l’élément indispensable pour la vie:

La crue des Eaux, aux environs de mi-juillet à mi-novembre;

Le reflux correspondant à la periods des semis. Cette période se situe aux environs de mi-novembre à mi-mars

Les basses eaux qui correspondent à la période des moissons, et se situent aux environs de mi-mars à mi-juillet.

Mais ils admettent cependant que l’année lunaire peut se diviser en 4 saisons.

Si on divise chacune des quatre parties en trois (3) sous parties, on obtient un cercle divisé en 12 parties ou maisons avec un angle de 30° chacun. Remarquez que ce sont chacune de ces douzes (12) parties qui représentent chacun des 12 mois de l’année, et la valeur des angles représente le nombre de jours par mois, c’est à dire 30

Allons un peu plus au-delà en divisant chacune des douze (12) parties du cercle en quatre (4) sous parties. Ces quatre (4) sous parties représentent les quatre (4) semaines que compte chaque mois et dont les angles mesurent 7,5°. Comme pour le nombre de mois, le raisonnement est le même ici et induit qu’une semaine est composée de 7.5 jours soit environ 8 jours.

En chiffre absolu, l’on pourra dire que la division du temps en semaines, revient à diviser le cercle de 360° en 48 semaines à 7,5 jours chacun. Le nombre de jours avec la décimale indique tout simplement que le jour se mesure en temps d’espace parcouru d’un jour à l’autre.

Tanoh

Share.

About Author

Leave A Reply