Le jour où la Guinée a dit NON

0

25 août 1958 : De Gaulle s’arrête à Conakry pour l’avant-dernière étape du périple africain consacré à la défense du “oui” en vue du référendum du 28 septembre. En Guinée comme dans les autres possessions françaises, le vote doit permettre aux électeurs de se prononcer sur la constitution de la Ve République, mais aussi sur le projet de Communauté française voulue par de Gaulle pour les colonies.

À Conakry, Sékou Touré, chef du Rassemblement démocratique africain (RDA), prononce un discours nationaliste. Il dénonce un siècle d’histoire coloniale et demande une modification du texte qui permette à la Guinée d’accéder à l’indépendance tout en restant liée à la France. Piqué au vif, de Gaulle prévient son hôte : “L’indépendance est à la disposition de la Guinée. Elle peut la prendre le 28 septembre en disant “non” et, dans ce cas, je garantis que la métropole n’y fera pas obstacle. Elle en tirera bien sûr les conséquences…”

 

Le jour où la Guinée a dit NON (2ème partie)

Share.

About Author