SO MA YÊLÊMA: LES HABITATS DE L’ÂME ÉTERNELLE

0

Avec la réincarnation, l’idée d’une âme éternelle demeure l’ossature de la spiritualité négro-africaine. Un kamite conscient sait avec pertinence que l’âme ne peut périr à cause de ses caractéristiques essentiellement divines. Logée temporairement dans une enveloppe périssable (le corps) l’âme est immédiatement rappelée à son “propriétaire” aussitôt qu’elle est séparée de cet habitat d’argile.

Elle n’est en vérité qu’un prêt pour le corps qui l’abrite momentanément. C’est d’ailleurs pourquoi l’expression “rendre l’âme” est spirituellement chargée de sens ésotérique bien que le plagiaire idéologue en ait travestit la pensée juste. Les mandingues (Malgré l’islamisation) diront “Kalifaa minê” (Kalifaa=Prêt, emprunt; Minê= Prendre, reprendre, Saisir). Ces expressions témoignent donc de la reprise de l’âme par son détenteur authentique après un bref emprunt.

C’est donc là qu’une seconde expression mandingue (des Bamanans, malinkés, dioulas) viendra valider cet acte d’emprunt avec une précision kamite! Quand survient la séparation du corps et de l’âme les kamites de la terre mandingue, loin de se laisser abattre par un scepticisme creux, déclare avec assurance “Aa Soma Yêlêmara(la)”! Ce qui signifie sans l’ombre d’une contradiction que: “Un tel vient de changer de bercail, d’habitat”. Littéralement “SO=Bercail, habitat”; et “YÊLÊMA=Changement, transfert”… SO MA YÊLÊMA signifie tout simplement “Changer de bercail”…

Ici on est donc loin du terrible phénomène décrit dans les bouquins sémites où le défunt part définitivement pour une aventure périlleuse avec 99% de chance d’atterrir dans la fournaise de l’enfer. Dans la SO MA YÊLÊMA l’âme ne fait que se séparer de son habitat actuel pour un second habitat dans l’autre dimension du temps. Ce qui fait la cohérence de cette thèse c’est l’idée d’un prochain retour (Idée de réincarnation). Tout le rituel qui entoure l’arrivée d’un nouveau-né parmi nous s’écroulerait sans la thèse irréfutable de la SO MA YÊLÊMA!

Le négro-africain est l’être spirituel le plus aboutit de la création. Cohérent avec sa vision de l’univers, pertinent dans ses enseignements, conscient de sa connexion avec le démiurge, il a légué une lecture achevée des rapports de l’Homme avec son créateur! La spiritualité qui est sienne est un oasis de sérénité dans cet océan de doutes et de relativités que constitue le séjour terrestre. Chaque thèse soumise par le théosophe kamite est une thérapie contre la dépression idéologique, malaise qui sert à nourrir la pieuvre abrahamique depuis l’origine des religions dites révélées.

Par la nature divine même de l’âme nous disons sans prétentions aucunes que NOUS SOMMES DES DIEUX! Une parcelle divine impérissable qui ne saurait se laisser griller dans aucun enfer fût-il forgé par Dieu lui-même. Le véritable propriétaire de l’âme, après s’en être approprié, ne saura et ne voudra, au nom d’aucun artifice, brûler une parcelle de lui-même. Le créateur de l’univers n’est pas un être suicidaire! Ceux qui défendent le contraire sont simplement animés de désirs malsains dont le plus affiché est la surexploitation de la masse de fidèles soumis par la paranoïa orientée!

PAIX sur vous!

Par Modibo Fakoli Doumbia

Share.

About Author

Leave A Reply